A Cannes, un festival symbolique pour penser les retrouvailles de demain


Après le choc de l'annulation du Festival de Cannes en mai dernier, les organisateurs de cette vitrine mondiale du 7e art réfléchissent d'ores et déjà à un nouveau cadre sanitaire pour que l'édition 2021 soit celle des retrouvailles, Covid-19 ou pas.


"Cannes 2021 aura bien lieu !", ont martelé mardi soir à l'unisson Thierry Frémaux, délégué général du festival de Cannes, et Pierre Lescure, son président, lors de l'ouverture de l'édition symbolique 2020, qui se tient jusqu'à jeudi. Dans un Palais des festivals rempli à moitié, jauge de 1.000 personnes oblige, le tandem à la tête du plus grand festival de cinéma du monde s'est montré rassurant.


Car le Festival de Cannes n'est pas seulement un événement glamour où convergent des stars internationale, c'est surtout une gigantesque vitrine pour les films français et étrangers. Une énorme machine économique et culturelle où convergent chaque années 40.000 professionnels et environ 200.000 spectateurs, attendue de pied ferme par la profession.


Cette "responsabilité" vis à vis d'un secteur, le cinéma, et plus globalement, de la culture, a été soulevée par Pierre Lescure, qui a rappelé que la tenue de cette édition symbolique était aussi une façon de soutenir toute la chaine des métiers du cinéma. L'édition 2021 pourrait coïncider avec un redémarrage du cinéma mondial avec l'ambition d'aider à le faire sortir du marasme dans lequel il est plongé depuis des mois.


Reuters/AFP

1 view

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain