A Laguiole, le plus célèbre couteau français veut protéger son savoir-faire


Le couteau de Laguiole, fabriqué au cœur de la France et connu dans le monde entier mais très souvent imité, se bat pour décrocher une Indication géographique, précieux label d'Etat qui le protégerait davantage des copies venues de Chine et du Pakistan. Le syndicat des fabricants aveyronnais du couteau de Laguiole, qui ne bénéficie jusqu'à présent d'aucune protection juridique, a déposé une demande d'Indication géographique (IG, pour les produits manufacturés) auprès de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI). Une enquête publique est en cours jusqu'au 29 mars. L'Institut aura ensuite deux mois pour se prononcer. "Aujourd'hui, le consommateur veut identifier la provenance des produits, on essaie de répondre à ses besoins", indique à l'AFP Honoré Durand, le président du syndicat qui regroupe sept couteliers de Laguiole et ses environs représentant 15 millions d'euros de chiffre d'affaires et 230 emplois. "Le gros problème, ce sont les quantités très importantes - et qu'on n'est même pas capable de chiffrer d'ailleurs - de couteaux fabriqués en Chine, au Pakistan et qui sont marqués +Laguiole+". Ces copies fabriquées à bas coûts inondent les marchés et fragilisent les producteurs locaux qui misent sur la qualité. A la Forge de Laguiole, la plus importante coutellerie du village, des dizaines d'artisans produisent plus de 100.000 couteaux par an, dont 60% sont vendus à l'étranger, notamment en Allemagne et de plus en plus aux Etats-Unis. La production des fameux couteaux pliants et siglés d'une abeille constitue la seule activité manufacturière du village. Ce savoir-faire se perpétue depuis 1827 dans le Nord-Aveyron, même si une grande partie de la production est également assurée depuis plus d'un siècle, 200 km plus au nord en Auvergne, à Thiers, capitale française de la coutellerie.


Reuters/AFP



15 views