Accord historique entre Londres et Bruxelles pour un avenir après le Brexit


Les Européens et le Royaume-Uni ont conclu, après des négociations éreintantes et à la veille de Noël, un accord historique sur leurs futures relations commerciales, qui leur permettra d'éviter le choc dévastateur d'un "no deal" pour leurs économies en fin d'année. L'accord a été salué par les chefs de l'UE et Boris Johnson mais suscite des craintes chez les pêcheurs européens qui estiment être "les grands perdants" du compromis, atteint une semaine seulement avant le divorce définitif du 1er janvier.


"Le Premier ministre britannique a promis que son pays resterait "culturellement, émotionnellement, historiquement, stratégiquement et géopolitiquement attaché à l'Europe". La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite "confiante" dans le fait qu'il s'agissait d'"un bon" accord, quand le président français Emmanuel Macron a estimé que "l'unité et la fermeté européennes" avaient "payé" dans les pourparlers.

Ce divorce à l'amiable, obtenu à l'arraché après 24 dernières heures sous haute tension, scelle près d'un demi-siècle de mariage houleux entre les deux partenaires, quatre ans et demi après le référendum de juin 2016 sur le Brexit.


"Soulagement"

La conclusion d'un texte de 2.000 pages en à peine dix mois constitue aussi une prouesse pour un accord de cette envergure dont la conclusion prend en général des années. Deux ans et demi avaient été nécessaires pour négocier le traité de retrait scellant le départ britannique, conclu fin 2019, qui apportait une sécurité juridique aux expatriés des deux côtés de la Manche et des garanties pour le maintien de la paix sur l'île d'Irlande. Le texte devra encore être validé par les Etats membres, un processus qui devrait prendre plusieurs jours.


Reuters/AFP