Acte isolé ou expression d'une colère plus large, la gifle à Macron divise


Acte isolé ou expression d'une colère plus profonde ? L'exécutif voit dans la gifle au chef de l'Etat un "fait isolé" mais pour d'autres politiques ou analystes, elle est le signe d'un mécontentement toujours présent depuis le mouvement des "gilets jaunes".


Si la gifle infligée à Emmanuel Macron mardi dans la Drôme par un fan d'histoire médiévale abonné à des sites d'extrême droite est un acte "grave", qui a suscité l'indignation générale, il n'est "pas représentatif" des Français ou même de la "colère" d'une partie d'entre eux, a estimé mercredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. S'il y a bien "des Français inquiets, qui doutent, qui sont en colère", ils "savent exprimer cela dans le cadre du débat et dans le cadre du vote", a-t-il plaidé.


Emmanuel Macron s'est lancé depuis la semaine dernière dans un tour de France des régions pour prendre le pouls du pays après plus d'un an de pandémie, qui a succédé à la crise des "gilets jaunes" fin 2018-début 2019, pendant laquelle des milliers manifestants ont défilé chaque semaine contre la politique du gouvernement.


Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a vu dans ce geste "une longue détérioration du débat public". Le patron de la CGT Philippe Martinez pointe pour sa part "un problème démocratique dans ce pays, une qualité d'écoute qui n'est pas à la hauteur des problèmes sociaux et économiques posés". Le souverainiste et candidat à l'Elysée Nicolas Dupont-Aignan, estime lui sur Twitter qu'Emmanuel Macron "est honni parce qu'il ne représente plus le pays" et voit dans la gifle la manifestation d'une "crise démocratique", à partir de laquelle "il ne faut pas s'étonner de voir ces actes de violence".


Source: AFP

1 view