Afghanistan : entre combats et corruption, la laiterie Milko creuse son sillon


Les pots à lait en métal ficelés aux motos luisent au soleil couchant d'Arghandab, district rural du sud de l'Afghanistan, et tintent sous les secousses. Des fermiers viennent approvisionner la laiterie Milko, qui continue à se développer malgré la violence et la corruption environnantes. Ils déposent à ce point de collecte le lait nécessaire à la fabrication du beurre, des glaces, des puddings, des laits parfumés qui ont fait la réputation de cette petite entreprise, dont les emballages aux coloris vifs essaiment dans toute la région.


Depuis sa création en 2011, Milko est passée de 12 vaches à 250 possédées en propre, et de quatre produits vendus à une trentaine, créant au passage des centaines d'emplois dans la province de Kandahar. Elle achète du lait à près de 600 fermiers, dont elle a changé la vie. Pour faire survivre Milko, son propriétaire Ghami Mia a cependant dû braver bien des dangers et composer avec tous les acteurs d'un conflit qui dure depuis 2001.