Analysons : Croyons-nous savoir ?


Lorsqu’ils sont réduits à des définitions absolues, croire et savoir s’apparentent à des modes de compréhension du monde antinomiques. L’équilibre de notre imaginaire semble reposer sur ce paradoxe, alors à quoi s’en remettraient nos facultés interprétatives si nous brisions cet antagonisme ? Au gré des courants de pensée, science et croyance ont entretenu des rapports ambivalents. À cet égard, si la figure moyenâgeuse de l’alchimiste révèle une porosité naturelle entre les deux concepts, les Lumières ont popularisé l’idée selon laquelle “c’est la raison qui fait l’homme”, comme l’écrivait Rousseau. Poussée à l’extrême, cette perspective force à la conclusion socratique que “tout ce que [l’on sait] c’est que [l’on ne sait] rien”, et permet à Bertrand RUSSELL d'affirmer que l'homme est "un animal crédule qui a besoin de croire”.


Selon lui, il serait même nécessaire de savoir croire car “en l'absence de raisons valables de croire, [on] se [satisferait] de mauvaises”. Pour faire exister des valeurs, il faut donc leur donner du crédit, ce qui nous oriente vers la posture relativiste de Bruno LATOUR, philosophe des sciences, qui les érige en “faitiche”, une entité à laquelle nous donnons une autonomie absolue pour en recevoir des injonctions qui nous exemptent de tout dilemme moral. Alors, l'immanence du sujet devient transcendante et les constructions mentales vraies dès lors qu’on leur attribue le statut de fait.


Afin d’équilibrer cette déresponsabilisation, l’anthropologue Vincianne DESPRET propose de “penser en vacillant” pour “multiplier les mondes”. Science et croyance seraient pour elle des outils de compréhension obsolètes au sein d’un monde interconnecté. Décloisonner les espaces de pensée nous inviterait en effet à l’exploration d’horizons nichés entre deux catégories que nos esprits, par paresse ou par peur, refusent de questionner.


25 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain