Analysons : Peut-on faire un éloge du chaos ?



Dans The Party, film de Blake Edwards, la maladresse d’un acteur indien plonge un dîner de gala dans une atmosphère chaotique. Gaffes et maladresses se succèdent provoquant un vaste désordre.

Le chaos désigne ce qui semble être, ou ce qui est inorganisé, dans un état d’amalgame et d’indifférenciation. En ce sens, l’état confus qu’il incarne est profondément rejeté et repoussé par l’être humain, comme le suggère V. Hugo : “l’art [...] contient le contraste, non la contradiction. Pas un atome dans l’art n’est à l’état de chaos. Tout obéit à la loi une. Le goût, c’est l’ordre”.

Mais interrogeons nous sur la caractérisation d’un élément comme chaotique. Une chambre dont le rangement est dit chaotique n’est finalement qu’une chambre dont on ne parvient pas à dégager l’ordre, et donc, selon Hugo, qui nous révulse et nous repousse. Le chaos n’est pas un désordre absolu, c’est un autre ordre, dont on ne dégage pas immédiatement la logique.

Le chaos, c’est aussi une rupture, un pas sur une fourmilière provoque un chaos chez les fourmis, mais celles-ci attendent en réalité l’instruction de la reine qui fera cesser l’agitation, qui rétablira l’ordre. Cette rupture, nous dit la Théorie du Chaos en mathématiques, est déterminée, mais imprédictible, résultant d’une dégradation. Autrement dit, elle se produira nécessairement et inéluctablement, sans toutefois que l’on puisse précisément définir le moment où elle adviendra.

En tant que rupture, le chaos annonce donc la naissance d’un nouvel ordre. Selon la théologie biblique, le monde serait né d’un chaos originel. Le propos de Théophile Gautier est à ce sujet éclairant : « un chaos attendant le mot du créateur ». Le chaos est donc aussi le moment d’une renaissance, du surgissement d’un nouvel ordre. Par cela, le chaos est donc un temps de puissance, le temps du possible. De cette manière, comme l’affirme Wilde, le chaos permet l’évolution.

Auteur : Tom S

Rédacteur en chef : Alexis S