Analysons : Un objet peut-il exister sans sujet ?



L’objectivité, du point de vue ontologique, désigne ce qui constitue un objet. Dans cette perspective, l’objet disposerait d’une réalité « en soi », autrement dit l’objet existe par lui-même, indépendamment de tout sujet. Aussi, cette réalité « en soi » désigne l’être comme « substance », soit comme ce qui subsisterait et persisterait en l’objet. Ce dernier détient alors un être fixe et immuable.


On retrouve d’ailleurs dans l’atomisme de Démocrite cette idée de l’être comme réalité permanente. Il pose en effet l’atome comme une substance, soit comme un être immuable, par opposition au non-être, le vide. Ce “substantialisme” laissera ensuite place à l’hylémorphisme (l’union de matière et de forme) qui ira d’Aristote jusqu’à Kant. Bien que ce concept veuille rendre compte d’une genèse de l’être (comme non-fixe), il attribue fatalement une ontologie à la matière, à savoir comme étant « préformée ».


Dans «Objectivité» (2012), Daston et Galison ont cependant réfuté la réalité « en soi » de l’objet en la citant comme un produit de l’histoire. Elle fut notamment un style scientifique développé à partir du XIXe siècle avec le daguerréotype qui produit lui-même l’image, qualifiée alors d’objet exempt du sujet. Cette objectivité sera estimée par nos deux auteurs de « vision aveugle ».


Le philosophe contemporain Simondon entreprit par ailleurs une vive critique du substantialisme et de l’être déjà constitué d’avance. Il affirma à l’inverse l’être comme « devenir » : l’être n’est pas une donnée fixe, mais une opération dynamique de transformation. De plus, c’est surtout la notion de « relation » qui a la primauté sur la constitution du devenir dans l’objet. L’auteur brise ainsi la conception ontologique de l’objet — qui s’opposerait au sujet pensant — pour nous mener vers une objectivité ontogénique : un monde non pas fait d’êtres fixes, mais de devenirs et de relations.

Quelle est votre opinion ?

Auteur : Jason Lopes

Rédacteur en chef : Marine PVN


72 views