Après Nice, les évêques de France ouvrent leur assemblée en pleine "actualité dramatique"


Le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Eric de Moulins-Beaufort, a déploré "l'actualité dramatique" et les "temps de peur et d'inquiétude", après les attentats de Nice et Vienne, en ouvrant mardi 3 novembre l'assemblée plénière de la CEF.


Cette rencontre, qui réunit 120 évêques, se tient d'ordinaire à Lourdes, mais doit cette année se faire par visioconférence, en raison de la situation sanitaire et du reconfinement. Évoquant une "actualité dramatique", que sont les attaques de Nice, Vienne et Kaboul, l’archevêque de Reims a affirmé que "l'humanité ne doit pas se résigner à ce que des tueurs surgissent, se parant du saint nom de Dieu".


Les évêques ont lancé leurs travaux sur le thème de la crise écologique en planchant sur le sujet "cultiver la terre et se nourrir". "Il n'y a pas de rapport direct entre la crise écologique et la crise du monde musulman, qui s'exprime notamment par l'islamisme violent et mondialisé. Et pourtant, ce n'est pas sans lien avec les angoisses alimentaires d'une partie du monde que la violence de cet islamisme sorte de tous côtés", a estimé M. de Moulins-Beaufort.


Parmi les autres thèmes de travail figure la lutte contre la pédocriminalité. Les évêques publieront jeudi 5 novembre une actualisation de leurs statistiques sur ce sujet, et feront le point sur quatre chantiers en cours depuis deux ans: la reconnaissance financière de la souffrance des victimes, le travail de mémoire, la prévention et l'accompagnement des prêtres coupables.


Reuters/AFP

1 view

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain