Arnaud Lagardère prêt à déverrouiller le contrôle de son groupe


Lundi 26 avril, le groupe Lagardère confirme qu'il étudie sa transformation en société anonyme, un bouleversement de gouvernance qui ferait perdre à son patron Arnaud Lagardère le contrôle absolu du groupe hérité de son père, propriétaire d'Hachette Livre et d’autres médias.


Selon des médias, les actionnaires du groupe, Lagardère, Arnault (Groupe Arnault), Bolloré (Vivendi), Oughourlian (Amber Capital), le fonds souverain du Qatar et la Caisse des dépôts, sont sur le point de parvenir à un accord, après des mois de tractations, et un conseil de surveillance pour entériner le changement pourrait avoir lieu cette semaine. La fin de ce statut atypique, rempart contre les prises de contrôle actionnariale et qui donne aux associés-commandités un pouvoir quasi-total sur le groupe, est une demande de longue date du plus fervent détracteur de Lagardère, le fonds britannique Amber Capital.


Selon la presse, à ce stade des négociations, le dirigeant aurait accepté de renoncer à son statut protecteur en l'échange d'un poste de PDG jusqu'en 2026 et l'équivalent d'environ 200 millions d'euros en nouvelles actions. Les négociations portent aussi sur le devenir des actifs du groupe. Entrés au capital du groupe en 2020, Bolloré, aux manettes de Vivendi et premier actionnaire, s’intéresse pour Europe 1 et la branche d'édition qu'il pourrait marier à Editis, et Arnault, pour sa part par Paris Match, le JDD, ou le réseau de boutiques dans les gares et aéroports. Cependant, depuis la crise sanitaire, le groupe Lagardère a creusé sa perte : son chiffre d'affaire global s'est effondré de 38% sur l'année.


Reuters/AFP


5 views