Arrivée à Nantes du cargo à voiles "Grain de Sail" après sa première transatlantique


Le cargo à voiles "Grain de Sail" est arrivé mercredi à Nantes après avoir bouclé sa première transatlantique dédiée au transport de marchandises.


Parti de Saint-Malo le 18 novembre, le voilier appartient à "Grain de sail", une entreprise de production de chocolat et de torréfaction de café basée à Morlaix. Ce bateau de 24 mètres de long, capable de transporter 50 tonnes de marchandises, est parti chargé de 15.000 bouteilles de vin bio français à destination des cavistes et restaurateurs de New-York. Il est ensuite parti récupérer 33 tonnes de masse de cacao biologique en République Dominicaine. Il est arrivé mercredi à Nantes après avoir bouclé sa première transatlantique dédiée au transport de marchandises. Une fois débarquée dans les prochains jours au port de Saint-Nazaire, où le bateau n'a pas pu accoster mercredi en raison d'une grève, cette matière première sera transportée par camion jusqu'à Morlaix où elle sera transformée en tablettes de chocolat. Fondée en 2013, cette société emploie 36 salariés et travaille avec une association employant 15 travailleurs en situation de handicap et 5 encadrants. Elle a choisi en 2018 de faire construire son propre bateau pour assurer son approvisionnement. Une seconde transatlantique est déjà programmée en avril prochain. L'entreprise prévoit de ramener deux tonnes de café en plus du chocolat (36 tonnes) qui représente 90 % de son chiffre d'affaires (5 millions d'euros en 2020). Elle prévoit également déjà de construire en 2022 un second cargo à voiles de 50 mètres de long, pouvant transporter 250 tonnes de marchandises. Et enfin, après l'ouverture d'une nouvelle usine à Morlaix en juin prochain, elle envisage de construire une nouvelle chocolaterie à Dunkerque début 2022 et de porter progressivement sa flotte de cargos à voile à trois navires d'ici cinq ans.



Reuters/AFP


2 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain