Au Ghana, les élèves reprennent le chemin de l'école après 10 mois d'interruption


Des millions d'enfants ghanéens ont repris le chemin de l'école lundi après dix longs mois de fermeture pour lutter contre la propagation du coronavirus. Le Ghana avait imposé à sa population un confinement très strict le 16 mars, deux semaines seulement après l'annonce du premier cas confirmé de Covid-19 en Afrique subsaharienne. Dans la capitale, Accra, le confinement total a été levé en avril, mais des mesures préventives étaient toujours obligatoires, notamment la fermeture des écoles ou des frontières terrestres.


Lundi 18 janvier, le jour de la rentrée, c'était le soulagement pour les élèves de Christ Vision School, mais surtout pour les professeurs, au chômage forcé depuis presque un an. Les enfants portaient tous des masques alors qu'ils franchissaient les grilles de l'école, avec un petit flacon de gel hydro-alcoolique accroché à leur cartable. Les plus grands de leur côté étaient surtout heureux d'en avoir fini avec les cours sur Zoom et sur écran.


Les écoles et les universités ont fermé dans de très nombreux pays du monde à travers l'année 2020, mais selon un rapport conjoint de l'Unesco de l'Unicef et de la Banque mondiale, publié en octobre, les enfants des pays les plus pauvres, comme au Ghana, ont été très lourdement affectés par la pandémie.


Au Ghana, où le nombre de cas de coronavirus a augmenté dernièrement, faisant craindre aux spécialistes de la santé l'imminence d'une deuxième vague, certains parents ont peur de renvoyer leurs enfants à l'école. Jusqu'à ces dernières semaines, le Ghana enregistrait quotidiennement environ 100 nouveaux cas, mais désormais, les services de santé en recensent plusieurs centaines tous les jours. Si le pays comptait lundi environ 58.000 cas, pour plus de 340 morts, depuis le début de la pandémie, le nombre de tests réalisés reste largement insuffisant.


Reuters/AFP