Au moins un "terroriste islamiste" derrière l'attaque de Vienne, trois morts


Le ministre autrichien de l’Intérieur, Karl Nehammer, a déclaré qu’au moins un “terroriste islamiste” a perpétré lundi 2 novembre au soir une série d’attaques dans le centre de la capitale Vienne, lors de laquelle des hommes armés ont tué trois personnes et blessé plusieurs autres. Plusieurs hommes armés ont attaqué six lieux distincts de Vienne, à proximité de la synagogue du centre-ville. Des témoins ont déclaré que les assaillants ont ouvert le feu contre des foules rassemblées dans des bars, alors que de nombreuses personnes profitaient d’une dernière sortie nocturne avant l’entrée en vigueur d’un couvre-feu destiné à enrayer la propagation du coronavirus. Trois civils ont été tués et 15 autres personnes blessées lors de l’attaque. La police a abattu l’un des assaillants, et tente désormais de retrouver les autres. Le centre historique de Vienne a été en grande partie bouclé, et les transports publics interrompus dans la zone. L’Autriche a été épargnée par des attentats de grande ampleur comme ceux qu’ont pu connaître ces dernières années la France, l’Allemagne ou le Royaume-Uni. “Nous ne céderons rien”, a tweeté le président français, reprenant l’expression qu’il avait employée après l’attaque contre la basilique Notre-Dame de Nice qui a fait trois morts jeudi 29 octobre. En août dernier, les autorités autrichiennes ont arrêté un réfugié syrien de 31 ans soupçonné d’avoir préparé une attaque contre le chef de la communauté juive de Graz, la deuxième ville du pays.


Reuters/AFP