Au Panama pépinière et éducation pour sauver les récifs coralliens




Le littoral du Panama, long de plus de 2.500 km des deux côtés de l'isthme [Pacifique et Atlantique], regorge de coraux. Portobelo, situé à environ 100 km au nord de la capitale Panama, était le port de sortie des métaux précieux à destination de l'Europe à l'époque coloniale et "des tonnes de corail avaient été extraites pour construire le poste de douane et ériger des fortifications", explique Héctor Guzmán, biologiste marin au Smithsonian Tropical Research Institute. Aujourd'hui, "la menace vient des terres", dit le biologiste. Les pesticides issus de l'élevage et de l'agriculture et les sédiments d'une carrière de pierre descendent dans les rivières qui se jettent ensuite dans la mer, explique-t-il. Le développement des microalgues qui fournissent la pigmentation et les nutriments aux coraux est contrarié et les coraux blanchissent. Le projet de pépinière de corail, appelé Reef2Reef, a été lancé par René Gómez, un entrepreneur dans le domaine du tourisme et plongeur à Portobelo, qui a ouvert son initiative aux étudiants. Diego Valladares était encore au lycée lorsqu'il a rencontré la professeure Yessenia Gonzalez Muñoz, de l'Université maritime internationale de Panama, qui travaillait sur le projet Reef2Reef. Il est aujourd'hui son élève et toutes les deux semaines, Diego et d'autres étudiants plongent une brosse et une règle dans les mains pour nettoyer les structures sur lesquelles ont été installés des coraux sains et mesurer leur croissance.



AFP/Reuters



5 views