Banque mondiale: croissance mondiale révisée en hausse, les pays pauvres à la traîne


L’économie mondiale va enregistrer cette année sa plus forte croissance en 80 ans mais les pays pauvres, en manque de vaccins contre le Covid, continuent d'être à la traîne.


Quelque 90% des économies avancées devraient retrouver leurs niveaux de revenu par habitant d'avant la pandémie d'ici 2022. Seulement environ un tiers des pays émergents et en développement devraient en revanche y parvenir. En conséquence, l'écart de revenu par habitant entre économies avancées et pays les plus pauvres, qui se réduisait avant la pandémie, va stagner, voire se creuser davantage.


Les Etats-Unis ont bénéficié à la fois d'importants plans de relance et d'une campagne de vaccination rapide et efficace. La Chine profite, elle, d'une forte demande avec la reprise des échanges commerciaux. Les économies à faible revenu cumulent, elles, les difficultés puisqu'elles subissent aussi une aggravation de l'insécurité. D'autres risques brouillent en outre l'avenir des pays émergents, notamment l'inflation.

Avec une reprise économique désynchronisée à travers le monde, une remontée brutale des taux d'intérêt, en particulier aux Etats-Unis, fragiliserait encore un peu plus ces pays qui seraient confrontés à l'augmentation des coûts de refinancement de leur dette. Par le biais du G20, la Banque mondiale et le FMI ont poussé l'initiative de suspension du service de la dette pour des dizaines de pays à faible revenu. Mais ce dispositif expire à la fin de l'année.


AFP