Birmanie: la "Dame de Rangoun" de nouveau en détention 11 ans après


La détention d'Aung San Suu Kyi par l'armée birmane après le coup d'État du 2 février 2021 ravive le souvenir de ses quinze ans d'assignation à résidence dans une villa au bord du lac à Rangoun sous le règne de la junte. La "Dame de Rangoun", icône de la démocratie dans les années 1990, a de nouveau été assignée à résidence mais cette fois-ci dans la capitale politique Naypyitaw où elle serait en sécurité mais éloignée des grands centres de population où des manifestants pourraient se rassembler. Arrivée au pouvoir en 2015, la prix Nobel de la paix a perdu la faveur de l'Occident pour sa gestion de la crise des Rohingyas en 2017 - lorsque 750.000 personnes ont fui vers le Bangladesh pour échapper à une répression militaire brutale avec allégations de viols, meurtres et villages incendiés. Devant la Cour internationale de justice, elle a défendu l'action de son armée confrontée à des accusations de génocide. Premier personnage de l'Etat, elle s'est également montrée peu préoccupée par le sort de quelque 600.000 Rohingyas restés en Birmanie et vivant dans des conditions semblables à l'apartheid, selon des ONG de défense des droits de l'homme. Cependant, alors que la période qui s'ouvre en Birmanie après le putsch est remplie d'incertitudes, la "Dame de Rangoun" pourrait retrouver une certaine sympathie sur la scène internationale. Et malgré son isolement renouvelé, elle reste dans le cœur des Birmans, inquiets jusqu'à ce qu'elle soit libérée.


AFP


Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain