Birmanie: poursuite des manifestations après un week-end sanglant, sanctions américaine


Les manifestations pour la démocratie se sont poursuivies lundi 29 mars en Birmanie malgré la répression qui a fait plus de cent morts dont des enfants samedi 27 mars, la journée la plus noire depuis le coup d'Etat militaire du 1er février auquel les Etats-Unis ont répondu par de nouvelles sanctions. Trois personnes ont ainsi été tuées, dont un homme de 20 ans par balle, lundi à Rangoun, la capitale économique. Une autre a péri au nord-est de cette ville, à Bago, ont annoncé sans autres précisions les médias d'Etat, selon lesquels un policier a par ailleurs perdu la vie à Mandalay, dans le centre. L'ONU a évalué à 107, dont sept enfants, et des médias birmans à 114 le bilan des morts samedi 27 pendant les actions de protestation massives organisées contre la junte qui fêtait la traditionnelle "journée des forces armées". Plus de 450 personnes ont été tuées, dont 13 encore dimanche 28, depuis le coup d'Etat, d'après les derniers chiffres fournis par l'Association pour l'assistance aux prisonniers politiques (AAPP). Face à cette situation qualifiée d'"absolument scandaleuse" par le président Joe Biden, Washington a annoncé la suspension immédiate de l'accord-cadre sur le commerce et les investissements conclu en 2013 avec la Birmanie, et ce jusqu'au rétablissement d'un gouvernement "démocratiquement élu". Londres a pour sa part demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur la Birmanie, qui se déroulera mercredi 31 mars à huis clos. Quelque 3.000 personnes ont par ailleurs fui dimanche 28 mars au soir de nouvelles frappes aériennes dans l'Etat Karen (sud-est) en traversant la frontière thaïlandaise. Ces raids, les premiers en vingt ans, ont visé ce week-end l'Union nationale karen (KNU), l'un des principaux mouvements de rébellion des minorités ethniques, faisant quatre morts.


AFP/Reuters



Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain