Brexit: Barnier va proposer un compromis sur la pêche


Michel Barnier va proposer que l’Union européenne reverse au Royaume-Uni 15 à 18% de la valeur des prises effectuées par les pêcheurs européens dans les eaux britanniques pour tenter de débloquer les discussions sur l’après-Brexit, a rapporté vendredi la radio publique irlandaise. Dans son édition de samedi, un autre quotidien britannique, The Telegraph, écrit que Bruxelles pourrait accepter de reconnaître la souveraineté britannique sur les eaux du Royaume-Uni et accepter une forme de nouvelle période de transition spécifique à cette question au-delà du 1er janvier. Les bateaux européens attrapent en moyenne 650 millions d’euros de quotas chaque année dans les eaux britanniques, ce qui signifie que l’offre de Barnier représenterait jusqu’à 117 millions d’euros. A cinq semaines du divorce véritable entre la Grande-Bretagne et les Vingt-Sept - qui vivent depuis le 31 janvier dernier dans une période dite de transition -, la pêche fait partie, avec les règles de concurrence et les mécanismes de règlement des litiges, des trois grands dossiers sur lesquels les négociations achoppent depuis des mois. Les Européens et les Britanniques n’ont “plus que quelques jours” pour conclure un accord, a averti vendredi 27 novembre le négociateur en chef de l’Union européenne, qui devait reprendre dans la soirée les discussions avec son homologue britannique David Frost. Dans la même journée, lors d’une réunion à huis clos, Michel Barnier a déclaré aux ambassadeurs des Etats membres qu’il était incapable de prédire si un accord commercial pourrait être conclu dans les délais impartis avec Londres. Le tableau présenté par le négociateur en chef de l’UE n’était pas “particulièrement brillant”, a rapporté un diplomate.


Reuters