Brexit: Londres ouvert à un compromis "raisonnable" sur la pêche avec l'UE


Le Royaume-Uni s’est dit lundi 9 novembre ouvert à un compromis “raisonnable” sur la pêche avec l’Union européenne (UE), soulignant la volonté des deux parties de parvenir à un accord sur leur relation commerciale après le Brexit alors qu’un nouveau cycle de négociations est prévu cette semaine. Ces négociations visent à parvenir à un compromis pour encadrer les relations entre les deux camps après la fin, le 31 décembre, de la période de transition qui a suivi la sortie du Royaume-Uni de l’UE.


Dimanche 8 novembre, le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est voulu optimiste sur un accord avec Bruxelles. Le responsable des négociations sur le Brexit pour l’UE, Michel Barnier, a déclaré à Reuters être “très heureux d’être de retour à Londres”.


S’exprimant par la suite sur Twitter, Michel Barnier a indiqué que l’Union européenne redoublait d’efforts pour parvenir à un accord, citant trois conditions afin d’obtenir un compromis. Pour le négociateur européen, un éventuel accord entre les deux camps devra respecter l’autonomie du bloc communautaire et de la Grande-Bretagne, proposer une gouvernance efficace et les moyens de faire appliquer ce qui a été convenu. Cet accord devra également proposer “des garanties solides d’un commerce libre et équitable et d’une concurrence fondée sur des normes élevées communes” et celles-ci devraient évoluer de manière cohérente au fil du temps, a-t-il expliqué. Il a ajouté que les deux camps devraient enfin se mettre d’accord sur un accès stable et réciproque aux marchés et sur la pêche. Jusqu’ici, les négociations ont achoppé sur la pêche, les règles de libre concurrence et les questions de gouvernance, notamment les mécanismes de règlement des litiges.


La perspective d’un accord à plus long terme avec l’UE sur le partage de la pêche est un élément important pour obtenir un compromis.


Reuters/AFP

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain