C1 : La nouvelle “Super League” ouvre la guerre du foot européen


"Guerre des riches" dans le football européen: la création lundi d'une "Super League", lucrative compétition privée fondée par douze clubs dissidents et vouée à supplanter la Ligue des champions, a suscité une levée de boucliers générale parmi les supporters et les instances du ballon rond. Les clubs rebelles (AC Milan, Arsenal, Atlético Madrid, Chelsea, FC Barcelone, Inter Milan, Juventus, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Real Madrid et Tottenham) prétendent instaurer un controversé système de ligue quasi fermée, comparable à la NBA. La Super League fonctionnerait sous la forme d'une saison régulière opposant 20 clubs, quinze d'entre eux ("les clubs fondateurs") étant qualifiés d'office et les cinq autres choisis chaque année via un système basé sur leur saison précédente. Au terme de cette première phase à deux poules de 10, des play-offs seraient organisés pour décerner le trophée. Les matches se tiendraient en milieu de semaine, entrant en concurrence directe avec les cases réservées pour la Ligue des champions. L'UEFA avait prévenu que tout club dissident serait exclu des compétitions nationales et internationales, et que leurs joueurs ne pourraient plus jouer en équipe nationale. Il faudra voir si sa menace est conforme au droit européen de la concurrence, ce qui laisse présager une éventuelle bataille juridique. En attendant, les prises de positions anti-Super League se sont multipliées, notamment parmi les représentants de supporters. Et les responsables politiques ont également fait part de leur inquiétude, à l'image de l'Elysée ou du Premier ministre britannique Boris Johnson.


AFP/Reuters

0 views