Castex défend les mesures anti-covid face à un Parlement houleux


Le Premier ministre Jean Castex, véhément comme rarement depuis son arrivée à Matignon, a vivement défendu jeudi matin les nouvelles restrictions contre la troisième vague de Covid-19, devant une Assemblée nationale houleuse où l'opposition a largement boycotté le vote final. Pas d'alcool sur la voie publique, aide aux familles modestes privées de cantines scolaires, maintien des concours dans le supérieur et déplacements permis pour accompagner ses enfants chez leurs grands-parents: les députés ont approuvé les mesures précisées par 348 voix contre 9. Mais le vote a été marqué par un boycott massif des oppositions de droite (LR) comme de gauche (LFI, PS, PCF) pour dénoncer un "piétinement du parlement" appelé à voter sur des mesures déjà actées par l'exécutif. Appelant les Français à "fournir un effort supplémentaire" mais sans confinement strict, Emmanuel Macron a annoncé mercredi 31 avril soir la fermeture pour trois à quatre semaines des crèches et établissements scolaires et l'extension à tout le pays des restrictions déjà imposées à 19 départements. Ces nouvelles mesures sont "nécessaires pour nous permettre de franchir un cap, espérons-le un dernier cap, dans la perspective du déploiement massif de la vaccination et d'un retour à une vie normale", a justifié le chef du gouvernement. Sous la pression de critiques crescendo de nombreux médecins et des oppositions, Emmanuel Macron avait admis mercredi soir "des erreurs" dans la gestion de la crise, après avoir refusé tout "mea culpa" pour avoir décidé fin janvier de ne pas reconfiner. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a critiqué la lenteur "inacceptable" de la vaccination contre le Covid-19 en Europe.


Reuters/AFP



2 views