Ce que l'on sait sur les propos homophobes proférés par un policier filmé à Paris


La scène est capturée de haut. Si les visages sont difficiles à distinguer, les voix sont plutôt claires. "Ferme ta gueule, je t'encule, t'es pas un homme, t'es un petit pédé", livre distinctement un policier à un jeune homme qu'il contrôle avec son collègue, dans le 18e arrondissement de Paris, lundi dernier. Des coups sont aussi portés à la personne, qui proteste. D'abord publiée sur Instagram, puis sur Twitter, où elle cumule plus de 650 000 vues, la vidéo a suscité une vague de réactions de la part d'associations anti-homophobie, puis par les autorités elles-mêmes qui ont annoncé la saisie de la police des polices.


"Une vidéo a été relayée sur les réseaux sociaux montrant le contrôle d'un individu à Paris 18e. Le préfet de Police va saisir l'IGPN suite aux propos homophobes tenus par l'un des policiers intervenant", a écrit la préfecture de police de Paris dans un tweet. L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a bien été saisie d'une enquête administrative mais aussi pénale, d'après l'AFP. Le parquet de Paris a confirmé l'ouverture d'une enquête du chef d'injure publique à caractère homophobe, confiée à la police des polices.


Dans un tweet publié jeudi soir, Johan Cavirot, président de Flag, association des policiers LGBT, avait annoncé avoir fait un signalement sur la plateforme de l'IGPN. A l'Obs, Terrence Katchadourian, fondateur de l'association Stop Homophobie, dit n'avoir aucun doute sur le caractère homophobe des propos du policier. "On nous rétorque souvent que le terme 'pédé' peut être utilisé sans qu'il n'y ait de connotation homophobe. Dans ce cas précis, le fait que le policier insiste en disant à l'interpellé qu'il n'est 'pas un homme' montre sa volonté d'inférioriser le jeune homm e à travers des propos homophobes." Stop homophobie et l'association Mousse ont annoncé ce vendredi un dépôt de plainte. "Ce contrôle de police a lieu dans un contexte intersectionnel, où plusieurs facteurs de discrimination s'entremêlent. Le policier s'est cru autorisé à employer des insultes homophobes pour rabaisser le jeune qui est interpellé. Ici aussi, racisme et homophobie sont inextricablement liés", a indiqué Me Étienne Deshoulières, avocat des associations, sur le site de Stop Homophobie.



AFP/Reuters


6 views