Centreon affirme qu'aucun client n'est touché par une campagne de piratage informatique


Mardi 16 février, la société française de surveillance informatique Centreon déclare qu'aucun de ses clients n’a été affecté par une campagne de piratage décrite par l'agence de cybersécurité du pays dans un récent rapport.


Dans un rapport publié le 15 février, l’ANSSI déclare que les pirates informatiques ont passé jusqu'à trois ans à s'introduire dans les organisations en ciblant le logiciel de surveillance de Centreon. La société ajoute dans un communiqué que 15 "entités" ont été ciblées lors de la campagne de piratage via une version open source obsolète du logiciel mais qu’aucun client n’a été impacté.


Centreon n'a pas fourni les noms des 15 organisations ciblées. Elle compte parmi ses clients certaines des plus grandes entreprises françaises, comme EDF, la société de télécommunications Orange, la plus grande banque européenne BNP Paribas ou encore le ministère français de la justice.


L'ANSSI s'est cependant abstenue d'identifier les pirates informatiques, mais a déclaré qu'ils avaient un mode opératoire similaire à celui du groupe de cyberespionnage russe souvent surnommé « Sandworm ». L'activité contre Centreon, une société parisienne spécialisée dans la surveillance des technologies de l'information, met en évidence l'attrait de ces entreprises pour les espions numériques.


Reuters/AFP



6 views