Chili: il y a 10 ans, les 33 mineurs de l'Atacama remontaient à la surface


Il y a dix ans, les 33 mineurs de l'Atacama, dans le nord du Chili, piégés pendant 69 jours à plus de 600 mètres de profondeur, retrouvaient la surface, épilogue d'un sauvetage suivi par les télévisions du monde entier. Sauveteur volontaire expérimenté de 46 ans, Manuel Gonzalez avait été désigné le premier à s'engager, ce 13 octobre 2010, dans la nacelle treuillée à travers un étroit conduit de 66 cm de diamètre pour, 17 minutes plus tard, atteindre les mineurs bloqués à 622 mètres sous la surface de la terre. A son arrivée, il a trouvé des mineurs très excités dont la plupart pleuraient. Il criaient leur gratitude, beaucoup se sont agenouillés pour prier, se souvient-il. Mais un nouvel effondrement, peu après le début du sauvetage, a ajouté une tension dramatique à l'opération suivie en direct par plus d'un milliard de téléspectateurs. En tout, six sauveteurs sont descendus pour examiner l'état physique et mental des mineurs et coordonner l'opération. À l'air libre, plus de 3.500 personnes, dont 2.000 journalistes du monde entier attendaient pour vivre et raconter l'issue incertaine de cette histoire de survie dans la pénombre, la faim, la soif, par une humidité extrême et une température de 35 degrés. Pour loger tout ce monde, le "Camp de l'espoir", initialement mis en place pour accueillir les familles de mineurs en attente de nouvelles, était devenu au fil des jours un petit village avec son restaurant, son école, et même son maire. Pendant que les embrassades et les directs TV s'enchaînaient à la surface, Manuel Gonzalez est resté de longues minutes à l'intérieur de la mine avant qu'elle ne soit vidée pour toujours, satisfait d'avoir mené à bien cette délicate opération de sauvetage en mondiovision, qui dit-il, a changé sa vie.


Reuters/AFP


4 views