Cinéma: Douze hommes en colère


Ce film de Sidney Lumet, est une adaptation magistrale de la pièce de Reginald Rose, inspiré de son expérience troublante en tant que juré. Sortie en 1957, il est depuis entré dans l'histoire du septième art.

Nous sommes plongés dans une salle d'audience, un jeune homme est accusé de parricide et risque la peine de mort. Le jury populaire, composé de 12 Hommes, se retire pour délibérer. Très vite nous nous retrouvons avec les jurés dans la salle de délibération, la vie d'un homme se joue dans ce huis clos, sans débat ni discussion préalable, un vote a lieu. On devine que l'avis de certains jurés est tout fait... Onze d'entre eux votent pour la culpabilité de l'accusé, un seul vote contre, ce dernier est sommé de s'expliquer, débute alors des débats, des discussions sur les fondements de la conviction de chacun. Le juré numéro huit, fait effraction dans ce qui semblait être une évidence, il incarne le doute raisonnable, le sens critique, le questionnement nécessaire et préalable à un tel verdict.

Ce vote venant briser l'unanimité, qui aurait condamné à mort cet homme de 18 ans, laisse place au questionnement de la justice, de la peine de mort et de la vérité. Chaque juré est amené à penser ses certitudes, à sonder l'enracinement de sa décision, invité à plonger dans les ressorts de l'intime. Le juré numéro huit les mène à s’interroger, il est le garde fou, le gardien du raisonnement, du doute et de l'entendement. Il est la figure qui rappelle aux jurés qu'il est question de la vie d'un homme et que tout doute raisonnable doit être au profit de l'accusé. Tout doute raisonnable doit être en faveur de la vie et de la liberté.

Cette œuvre est une ode à la pensée, à la discussion et à l'exigence du doute. Ce film questionne nos convictions intimes, nos décisions hâtives et nos croyances. Il bouscule nos perceptions en faisant place à la complexité, à la nuance et à la mesure.


4 views