Cinéma : For Sama de Waad al-Kateab & Edward Watts


Œil d’or du Festival de Cannes, For Sama remporte le titre du meilleur documentaire. Il transmet un certain regard de la guerre en Syrie, sous l’œil avisé du couple formé par Waad, journaliste et Hamza, médecin. Tous deux s’opposent avec d’autres au régime syrien au nom de la liberté. Waad, caméra à la main, capture son quotidien : frappes aériennes, bombes, gaz chloré, tirs. Elle s’accroche à cette réalité ineffable par désir de diffuser ce qui se passe dans son pays. Des millions de vues à travers le monde qui restent sans réponse. Cette voie par laquelle elle construit son récit est sans doute une tentative de traiter le réel auquel elle a affaire. Filmer lui permet “d’être là (…) ça rend le cauchemar plus supportable”.


Hamza crée des lieux de soins au fur et à mesure que ceux-ci disparaissent sous les frappes aériennes. Il se bat nuit et jour pour porter secours aux victimes de ces attaques.

De leur union est née Sama. Avant même sa naissance, elle baigne dans un langage violent. Ses parents tentent de mettre en mot ce qui les a orientés à faire ce choix, celui de rester à Alep. Waad prend sa responsabilité de mère et de militante. Mais une question la taraude : ma fille me pardonnera-t-elle d’être née ici ? Waad semble choisir la vidéo comme trace, comme mémoire, pour permettre à sa fille de comprendre le choix de ses parents. Bouleversant, ce film met en tension la violence indicible que subit un peuple et l’amour d’un pays qui les unit, et se partage entre des scènes sombres et terrifiantes et des scènes de luttes et d’amour entre familles-amis-enfants. L’écran, par lequel sont enregistrées ces scènes, mais aussi la parole, tentent de voiler, un peu, la réalité de ces opposants. Il s’agit là d’un désir puissant de combattre pour la liberté.


4 views

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain