Cinéma : It’s a sin


Une saison, cinq épisodes. Russell T Davies, producteur de séries à succès s’est lancé dans la production de la mini-série It’s a sin. Cet écrivain gallois nous raconte, à travers la vie de trois personnages, la venue d’un virus encore inconnu dans les années 80. Ritchie, Roscoe et Colin débarquent à Londres en 1981 pour vivre leur vie de jeunes adultes. On y voit, entre autres, une sexualité débridée à l’heure où l’homosexualité reste taboue. Le SIDA apparaît alors sous des formes énigmatiques. Pour certains c’est une réalité qui frappe le monde, pour d’autres ce n’est qu’une conspiration pour faire disparaître les homosexuels.


Ritchie, personnage au caractère exubérant et réactionnaire face aux discours médiatiques, continuera de mener son quotidien sans vouloir faire face à cette réalité. Il dément les explications scientifiques et ira même jusqu’à profiter de sa sexualité, sans protection. Il prend la fiction à son compte au détriment de ce réel qui le touche. Trépidant et enjoué, sa carrière et le monde de la nuit seront les fils conducteurs de sa vie jusqu’au jour où ses amis, un par un, tomberont dans le drame qui touche particulièrement cette partie de la population. Jill Baxter, fidèle amie au ton discrète et déterminée accompagnera chacun des personnages à travers leurs difficultés. Elle permettra à chacun de prendre conscience de cette maladie foudroyante.

Coup de maître pour ce réalisateur qui ne manquera pas de faire coïncider la réalité des vécus de certains personnages à la fiction de la série. Entre comédie et drame, le réalisateur met en avant, dans la nuance, l’ensemble des enjeux sociétaux face à cette nouvelle pandémie. Intéressant lorsque l’on voit, à notre époque, ce que notre pandémie actuelle suscite comme effets.


1 view