Cinéma : Les Demoiselles de Rochefort


RÉ MI FA SOL, SOL SOL RÉ DO, véritable emblème de la comédie musicale à la française, c’est en 1966 que Jacques Demy investit les rues de Rochefort en Charente-Maritime pour tourner le film des Demoiselles.


Delphine (Catherine Deneuve) et Solange (Françoise Dorléac) sont deux jumelles de 25 ans. Delphine donne des leçons de danse et Solange, des cours de solfège. Les deux femmes rêvent de quitter Rochefort pour poursuivre leur carrière à Paris. Lors de la préparation d’une grande foire en ville, une distribution de légendes va entrer en scène. Des forains arrivent et fréquentent le bar que tient la mère des jumelles (la fabuleuse Danielle Darrieux), un marin rêveur cherche son idéal féminin, des histoires d’amour interrompues dans le passé revoient le jour. Ces deux femmes qui s’épanouissent à travers l’art et la musique vont découvrir l’un des thèmes essentiels du cinéma de Demy : la rencontre manquée.


Des couleurs pastel séduisantes, des chorégraphies élégantes ainsi que des prises de vue incroyables démontrent la prouesse artistique et technique de cette œuvre. Mention particulière à la partition musicale du maestro Michel Legrand qui permet d’illustrer brillamment la vie des personnages, de faire des numéros musicaux, la raison d’être du film.


Une poésie de tous les instants, qui infuse tant les décors multicolores que les répliques et permet d’en faire l’une des plus somptueuses comédies musicales du cinéma français et d’offrir le plus beau portrait de la gémellité sur grand écran. Plus de cinquante ans après sa sortie, Les Demoiselles de Rochefort influence encore des réalisateurs et demeure un antidote indéniable au chagrin.

3 views