Colombie: des jeunes plus politisés, fer de lance des manifestations


En Colombie, la baisse d'intensité du conflit armé a permis aux jeunes d'exprimer leur désarroi social dans la rue, et de se politiser. 2019, 2020, 2021. Depuis trois ans, le président Ivan Duque, dont le mandat s'achève l'année prochaine, essuie une succession de mobilisations sociales et contre la brutalité policière d'une ampleur inédite dans ce pays de 50 millions d'habitants, l'un des plus inégalitaires du monde.

Le 28 avril, l'étincelle de la protestation s'est rallumée lorsque le gouvernement de droite a lancé un projet de hausse des impôts décrié, finalement retiré. Mais les manifestations n'ont pas cessé pour autant. Elles s'enchaînent, quasi quotidiennes, avec des barrages routiers et, souvent à la nuit tombée, de violents affrontements avec les forces de l'ordre.

Du jamais vu depuis la fin des années 1970 dans ce pays marqué par plus de cinq décennies d'un conflit complexe et qui peine à tourner la page de la violence malgré l'accord de paix de 2016 avec la puissante guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Loin du débat sur la guerre et la paix, les revendications pour "plus de justice sociale", "moins de corruption", "plus d'emplois et d'opportunités" déjà présentes en 2019 sont revenues en force dans les manifestations actuelles, alors que la pandémie de Covid-19 a dramatiquement aggravé la pauvreté.

Dans ce pays sud-américain, qui n'a jamais été dirigé par la gauche et où l'abstention reste forte (47% au scrutin de 2018), en particulier chez les jeunes, la question de l'impact de la contestation sur l'élection présidentielle de 2022 reste entière.


AFP