Colombie: l'armée se déploie dans Cali, au lendemain de violences qui ont fait 13 morts


L'armée colombienne, obéissant à l'ordre du président Ivan Duque, a commencé samedi 29 mai à déployer un millier de soldats dans la ville de Cali, épicentre des manifestations anti-gouvernementales, où au moins treize personnes ont été tuées la veille. Les rues de la troisième ville du pays, 2,2 millions d'habitants, étaient presque désertes samedi 29 mai, au lendemain d'affrontements entre des manifestants, des policiers et des civils armés qui ont fait au moins 13 morts dans différents incidents. Ces violences interviennent un mois exactement après le soulèvement du 28 avril contre un projet de réforme fiscale, vite abandonné, porté par le président de droite Ivan Duque, qui visait à augmenter la TVA et à élargir la base de l'impôt sur le revenu. En un mois de soulèvement populaire, au moins 59 morts, dont deux policiers, ont été enregistrés dans le pays, selon un décompte officiel. Quelque 2.300 personnes ont été blessées et 123 sont portées disparues. Human Rights Watch évoque jusqu'à 63 morts. Cette révolte sans précédent secoue les grandes villes, où sont érigées des barricades et où les blocages d'axes routiers provoquent des pénuries et exaspèrent une partie de la population. Le gouvernement, malgré des médiateurs chargés de négocier avec le Comité national de grève, est incapable de désactiver une crise qui, pour l'instant, ne menace pas de le renverser.


AFP