Combats au Nagorny Karabakh: Moscou réclame une application "stricte" de la trêve


Séparatistes arméniens du Nagorny Karabakh et armée azerbaïdjanaise s'affrontaient toujours lundi, en violation d'une trêve humanitaire négociée sous l'égide de la Russie, qui a appelé les belligérants à enfin respecter "strictement" le cessez-le-feu. Le ministre arménien des Affaires étrangères était à Moscou lundi pour une rencontre avec le médiateur historique du conflit, le Groupe de Minsk de l'OSCE co-présidé par la Russie, la France et les Etats-Unis. Son homologue azerbaïdjanais avait participé à une réunion similaire la semaine passée à Genève (Suisse). Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, recevant son homologue arménien, a appelé à ce que la trêve censée être en vigueur depuis samedi midi soit "strictement observée par les deux parties". Malgré la poursuite des combats, il a néanmoins estimé que les "efforts n'étaient pas vains" et appelé à la création d'un mécanisme de vérification du respect du cessez-le-feu, alors que séparatistes et Azerbaïdjanais se rejettent la responsabilité des hostilités. Malgré l'échec de près de trois décennies de médiation, les diplomates russes, américains et français en charge du dossier veulent convaincre Arméniens et Azerbaïdjanais de revenir aux négociations sur le statut du Nagorny Karabakh, et de mettre un terme aux combats en cours, les plus meurtriers depuis 1994.


La France a condamné la poursuite des violences, estimant "indispensable et urgent" que la trêve soit "strictement" respectée. La Turquie, soutien majeur de Bakou, a elle exhorté Moscou à convaincre l'Arménie de retirer ses troupes du Nagorny Karabakh, disputé depuis des décennies.


Reuters/AFP