Comment Aung San Suu Kyi est-elle devenue le symbole de la lutte pour la démocratie en Birmanie?


Le premier février 2021, la figure majeure de la scène politique birmane, Aung San Suu Kyi, est arrêtée et placée en résidence surveillée. Icône démocratique du pays, elle avait remporté les élections législatives de novembre 2020, son parti écrasant les représentants des militaires au pouvoir depuis le coup d’Etat de 1962, qui se réservent malgré tout un quart des sièges.


Née en 1945, elle est la fille du général Aung San, partisan de l’indépendance birmane, assassiné en 1947. Après avoir vécu au Royaume-Uni, elle décide de regagner son pays natal en 1988, en proie à une révolte étudiante matée par l’armée. Écoeurée par le comportement de la junte, elle crée la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND), parti d’opposition au Tatmadaw, l’armée birmane. Aung San Suu Kyi est arrêtée dès 1989 et placée en résidence surveillée à cause de son engagement politique.


Malgré l’arrestation de sa figure de proue, la LND remporte les élections législatives de 1990, résultat contesté par la junte qui interdit aux députés de siéger. Libérée en 1995, puis emprisonnée de nouveau en 2003, la “dame de Rangoon”, également lauréate du prix Nobel de la paix de 1991, devient une figure de la lutte pour la démocratie.


Finalement libérée en 2010, elle et son parti remportent les élections législatives de 2012, lui permettant de devenir députée puis d’entrer au gouvernement en 2016. Si la Constitution lui interdit d’être présidente, car mariée à un étranger, elle est considérée comme une première ministre officieuse.


Cependant, l’arrivée d’Aung San Suu Kyi au gouvernement n’aura pas eu tous les effets escomptés, notamment sur la question de la démocratie. Critiquée sur la scène internationale pour son inaction face aux exactions perpétrées contre les Rohingyas, elle était également contrainte de composer avec la junte militaire, contre qui la population manifeste massivement actuellement.


Auteur: Hugo L


Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain