Comment expliquer l’impact de l'environnement sur la pandémie du coronavirus ?


Depuis presque un an des suites de la pandémie de coronavirus , il y a eu une baisse de l’activité humaine, les usines ont pour beaucoup fermé, les vols d’avions et le trafic automobile ont diminué. Les médias ont rapporté dans le monde une eau plus claire, un air devenu plus pur, et une réduction de la pollution. Cette baisse drastique de l’activité humaine a eu pour effet, selon le Haut conseil pour le climat une diminution estimée de 45 millions de tonnes de CO2. Une étude publiée dans l'European Heart Journal 8.79 millions de personnes sont décédées de maladies causées par la pollution de l’air durant les dernières années.


De plus en plus l’Homme envahit, détruit ou modifie l’habitat des animaux, cela passe par la déforestation, le commerce illégal d’animaux sauvages, la pollution lumineuse. La proportion de forêts par rapport à la surface terrestre mondiale est en constante chute, elle est tombée à 31,2% en 2020, alors qu'elle était de 31,5% en 2010 et de 31,9% en 2000, selon l'agence des Nations unies chargée de l'agriculture et de l'alimentation. Tous ces facteurs obligent les animaux à changer de milieu, ils se retrouvent à proximité des humains ce qui favorise la zoonose (maladies infectieuses qui se transmettent naturellement de l’animal à l’homme) comme le coronavirus, la grippe aviaire, Ebola, la peste, etc.


Face aux questions environnementales, de nouveaux enjeux explosent comme la l'accélération de la fréquence de pandémie de même acabit. Si l'on s'intéresse au permafrost qui pourrait devenir l'une des problématiques à la source de nouvelles pandémies. Celle-ci représente 20 % de la surface terrestre et permet le développement de la végétation en été. Cependant, le réchauffement climatique induit une fonte importante et laisse ainsi un terrain favorable à l’apparition d’anciens virus jusqu'ici inconnus et potentiellement dangereux pour l’être humain.


La pandémie de COVID-19 a mis en évidence pour 53% (selon une étude publiée par Statista) de la population française l’importance de mettre en place des mesures prioritaires pour la protection de l’environnement et la lutte contre le dérèglement climatique contre 26% de la population avant la pandémie selon l'enquête tendance de consommation. Dans un avenir proche pourrons-nous être témoins d’une prise de conscience collective sur notre façon de consommer et de produire?


Auteur: Solene

Rédacteur en chef: Hayat Bourkia


12 views