Comment expliquer la récente croissance de la contrefaçon issus de l’industrie française?


La contrefaçon de produits français a crû de manière alarmante au cours de la dernière décennie. En effet, entre 2013 et 2017, les pertes ont été estimées à 40 000 emplois et à 8 milliards d’euros par an pour les secteurs les plus à risques : l’industrie textile (3,7 milliards), les cosmétiques (1,2 milliard), les médicaments (0,9 milliard), les smartphones (0,4 milliard) et les pesticides (0,2 milliard).


Ce phénomène s’explique notamment par la croissance du e-commerce, ayant favorisé les échanges de biens et de services internationaux, dont les produits contrefaits. En effet, la revente de ce type de produits est très lucrative, ce qui justifie la présence d’un nombre grandissant d’acteurs présents sur ce marché.


La contrefaçon touche l’ensemble des secteurs de l’industrie française, ce qui peut s’expliquer par la demande potentielle de ce marché souterrain : au deuxième trimestre 2020, 41 millions de français ont effectué des achats sur Internet et sont ainsi des cibles éventuelles pour de futurs achats de faux produits.


La contrefaçon interroge aussi sur la question de la santé. Elle met directement en danger la vie des consommateurs par la vente de faux médicaments. Récemment, Interpol a, par exemple, lancé une alerte contre les faux vaccins de la Covid-19. Il en va de même pour les cigarettes, pour lesquelles une bataille de plus longue haleine est menée.


Les contrôles douaniers ne suffisent plus à éradiquer ce commerce frauduleux. Un rapport d’information parlementaire sur « l’évaluation de la lutte contre la contrefaçon », publié le 9 décembre 2020, a ainsi recommandé la possibilité pour les douanes françaises de saisir les biens en effectuant des achats en ligne anonymement (méthode appelée « coups d’achats »).


Auteur: Clémence G

9 views