Comment Joe Biden ré-affirme-t-il le leadership américain à travers l'enjeu climatique ?


En janvier 2021, Joe Biden a affirmé vouloir faire de la lutte contre le dérèglement climatique une priorité. Dès son arrivée à la présidence, il a honoré sa promesse en réintégrant les Etats-Unis dans l'accord de Paris sur le climat ; alors que son prédécesseur, Donald Trump, avait décidé de le quitter.


En plus d'accélérer la transition écologique de son pays, Biden veut se faire chef de file de la lutte internationale contre le réchauffement climatique. « America is back » a-t-il d’ailleurs clamé en juin ; renouant ainsi avec le leadership américain, aux antipodes de l'isolationnisme de l'administration Trump.


En effet, le mandat de Trump a été marqué par le repli des Etats-Unis sur l'échiquier mondial. Tandis qu'au même moment, l'Union européenne a essayé de devenir un exemple international en matière de transition écologique à travers sa loi climat et son nouvel objectif de neutralité carbone.


Cependant, Biden a lui aussi entrepris d'importantes réformes vertes. Il a par ailleurs réuni l'ensemble des grandes puissances lors d'un sommet sur le climat, tenu en avril 2021 et au cours duquel il a annoncé le ré-haussement de l'objectif de décarbonation américain à 50% d'ici 2030. La diplomatie américaine doit ainsi encourager les autres pays à revoir à la hausse leur propre ambition.


Alors que les Etats-Unis et la Chine se disputent le leadership mondial, l'enjeu climatique offre un atout considérable à Biden pour faire face aux aspirations hégémoniques chinoises. De fait, la Chine reste le pays le plus pollueur au monde, à l'heure où le climat devient essentiel aux yeux de la communauté internationale. Or, ces engagements seront-ils suffisants pour limiter le réchauffement de la Terre à 1,5°C ou ne s'agit-il que d’éléments de communication diplomatiques ?


Auteur: Elisa Furet