Comment l'explosion du port de Beyrouth affecte-t-elle aujourd’hui le secteur culturel libanais ?


Il y a un an, le musée Sursock de Beyrouth accueillait une exposition d’œuvres de Pablo Picasso. Mais depuis le 4 août 2020, ce haut lieu de culture est en partie détruit, soufflé par l’explosion de nitrates d'ammonium stockés dans un entrepôt du port de la ville. Cet événement fragilise encore davantage le secteur culturel libanais, et s’ajoute à la crise économique et à la pandémie de Covid-19.


640 édifices classés monuments historiques se retrouvent fortement endommagés à la suite de la déflagration, voire sur le point de s’effondrer. L’UNESCO chiffre à 500 milliards de dollars les coûts de réparation et de relance du secteur culturel beyrouthin. Certains craignent que ces bâtiments ne soient rachetés puis rasés pour en faire des immeubles, faute de moyens pour les restaurer.


S’ajoute à cela la destruction de certains musées dont les collections se retrouvent désormais à ciel ouvert, à la merci des pilleurs et d’une potentielle revente sur le marché noir. La directrice de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a annoncé le 27 août des actions mises en place afin d’aider le secteur culturel et créatif du Liban à se redresser sous le nom de Li Beirut (“Pour Beyrouth”). D’après elle, “le relèvement du pays doit passer par l'éducation et la culture”.


Considéré jadis comme la “Suisse du Moyen-Orient”, le Liban dispose d’un héritage culturel riche, témoin de son passé et de son caractère cosmopolite. Lors des différentes crises que le pays a traversées, la culture était un moyen pour les habitants de s’évader, mais aussi de faire entendre leurs voix et de s’unir en tant que nation, comme il a été vu lors des mouvements sociaux de ces dernières années.


L’avenir de la culture au Liban se retrouve donc bien incertain. La préservation de son patrimoine culturel est indispensable pour permettre au pays de se reconstruire. Mais les troubles politiques incessants pourraient compliquer la renaissance du secteur culturel libanais.


Auteur: Aurélie Plumeleur

Rédacteur en chef: Baptiste Thomas


Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain