Comment l'hommage aux victimes du 13 novembre par un collectif pro-Zemmour a créé la polémique ?


Le mouvement Génération Z, collectif de soutien au chroniqueur Eric Zemmour, a publié mardi 17 août des photos des victimes de l’attaque terroriste du 13 novembre 2015 au Bataclan ainsi que d’autres faits divers. Accompagnées de l’hashtag #NosViesComptent, ces photos représentent les victimes en noir et blanc entourées d’un cadre tricolore. Elles s’érigent comme un rappel au climat d’insécurité régnant en France selon les auteurs de la campagne, qui dénoncent l’immigration comme un “rouleau compresseur écrasant le peuple français et le menaçant”. Les familles des victimes ont immédiatement réagi. Georges Salines, père d'une victime du Bataclan, dénonce une “ignoble campagne pro-Zemmour” tandis que Christophe Naudin, rescapé du Bataclan, condamne la "propagande islamophobe et raciste" du camp d'Eric Zemmour, "sans l'autorisation des familles". L'association de victimes des attentats 13Onze15 - Fraternité et Vérité a quant à elle porté plainte en rappelant que “l'utilisation sans autorisation d'images de victimes de terrorisme n'est pas une façon de rendre hommage à leur mémoire” mais bien de “la profanation”. Arthur Dénouveaux, président de Life for Paris, une autre association de victimes du 13 novembre a lui dénoncé l’instrumentalisation des victimes de terrorisme en “objets politiques”.

De leur côté, les initiateurs de la campagne nient en bloc toute instrumentalisation politique. Stanislas Rigault, président de Génération Z, rappelle que les images sont également sorties “dans les grands médias” et que l’unique volonté du collectif est “d’honorer la mémoire des victimes de meurtre et des attentats islamiques”. L’association confirme ne pas songer à supprimer les photos. A moins de deux mois de l’ouverture du procès des attentats du 13 Novembre, cette polémique questionne sur l’influence que peut avoir une campagne numérique orientée.


Auteur: Léo Aguesse

6 views