Comment l’UE a-t-elle su construire une politique vaccinale à l’échelle supranationale ?


La politique vaccinale de la Covid-19 a permis de franchir un nouveau pas en termes de coopération sur le plan sanitaire européen. Si les conditions de diffusion du vaccin au sein des Etats membres restent à leur discrétion, la Commission européenne a joué un rôle fondamental dans la politique vaccinale globale mise en place.

En effet, pour limiter la concurrence entre Européens et avoir plus de poids dans les négociations avec l’industrie pharmaceutique, la Commission européenne a été mandatée pour faire des pré-commandes de vaccins au nom des 27 Etats membres de l’UE. Au total ce sont 1.4 milliards de doses qui ont été commandées par l’Union européenne, ce qui en fait le quatrième plus gros acheteur de doses au prorata de sa population avec 3.1 doses par habitant, lui assurant un approvisionnement qui devrait satisfaire ses besoins.

Cependant, cette politique a également son lot de controverses. Le début des campagnes vaccinales est suspendu à l’accord de l’Agence européenne du médicament (EMA) qui constitue un prérequis indispensable pour diffuser un vaccin sur le sol européen. Néanmoins cette étape peut apparaître contre-productive étant donné que la plupart des pays européens disposent eux-même d’autorités de surveillance devant valider l’utilisation des vaccins. C’est notamment le cas de la France avec l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). Par ailleurs, de nombreux observateurs dénoncent les pressions subies par l’EMA de la part des Etats membres afin d’accélérer les autorisations. C’est le cas de l’Allemagne qui prônait une accélération des délivrances d’autorisation, notamment pour Pfizer (le laboratoire allemand). Ainsi, la coopération au niveau européen a permis à l’UE de parler d’une seule voix sur la mise en place d’une politique sanitaire. Cependant, l’efficacité des suites de cette politique reste à vérifier. Certains pays ont en effet déjà pris du retard dans leur campagne et leurs objectifs de vaccination à cause de retard dans les livraisons de doses. Par ailleurs, Pfizer a annoncé il y a quelques jours qu’une fiole de vaccin serait considérée comme contenant 6 doses au lieu de 5, mettant un peu plus sous tension la chaîne de vaccination.


Auteur: Colleen

Rédacteur en chef: Saïmi Steiner