Comment la Chine a-t-elle su, au fil des années, s’imposer comme acteur économique en Afrique?


Les premières relations commerciales entre la Chine et l’Afrique remontent à 206 av J-C, avec la dynastie Han.

Mais ce n’est qu’à partir de 1949 que les relations entre ces deux régions vont naître, notamment avec l’avènement de la République Populaire de Chine. En effet la Chine va tisser des liens de nature politique avec les pays d’Afrique, profitant du début des indépendances dans certains pays.


Plusieurs indicateurs permettent de mettre en évidence la forte relation entre ces deux régions. Si l’on observe l’évolution des importations de marchandises africaines à destination de la Chine, celle-ci a été multipliée par 30 entre 1995 et 2009.

De plus, ce sont au total 167 milliards de dollars de volume commercial qui ont été enregistrés en novembre 2020 entre l’Afrique et la Chine, ce qui fait de la Chine le premier partenaire commercial de l’Afrique.

La Chine a des intérêts stratégiques clairs pour l’Afrique, en particulier celui de l’énergie. Avec son milliard et demi d’habitants, elle se doit d’assurer un approvisionnement en énergie pour sa population. Les relations qu’elle a pu tisser avec l’Afrique du Sud, la Zambie ou encore la République Démocratique du Congo lui permettent de s’approvisionner en hydrocarbures et minerais métalliques. Faisant partie toutes les deux de l’hémisphère Sud, la Chine a su convaincre l’Afrique qu’une coopération “Sud Sud” permettrait de déboucher sur une mondialisation plus “juste”. C’est en ce sens qu’a été créée la “Belt & Road Initiative”, qui réunit 150 pays. Ce projet, appelé aussi Nouvelle Route de la Soie, permettrait aux pays africains d’obtenir des liaisons maritimes et ferroviaires établies avec des puissances de l’hémisphère sud.

Le rapport de force entre ces régions semble être clairement du côté de la Chine. En effet, de nombreux pays se retrouvent endettés, comme le Congo qui doit 2 milliards d’euros à la Chine ou encore l’Angola avec 50 Milliards d’euros de dette, dont la moitié garantis sur le pétrole.


Auteur: Nambi.nho

Rédacteur en chef: Marie-Alice Girardet