Comment la Chine s'impose comme leader du marché mondial de l'électrique ?


Depuis l’adoption de l’accord de Paris sur le climat en 2015 qui visait à lutter contre le réchauffement climatique, des solutions ont été proposées pour atteindre les objectifs prévus par la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques . Le déplacement au moyen de la propulsion en est une car le secteur le plus polluant au monde est celui des transports routiers.


La volonté d’aller vers la neutralité carbone pousse les économies mondiales à changer leurs modes de productions et de consommations. Ce nouveau paradigme remet en cause la répartition des pouvoirs entre pays producteurs et pays consommateurs créant des liens de dépendance.

En effet, et depuis toujours, les moyens de transport sont pensés et fabriqués par les pays les plus développés utilisant des ressources comme l’acier ou le métal qui se trouvent partout dans le monde. Les moteurs thermiques utilisés jusqu’à maintenant sont des moteurs fabriqués au sein de l’Union européenne, des Etats-Unis ou du Japon.

Aujourd’hui, l’émergence du véhicule électrique pousse à utiliser des batteries et de nouveaux éléments électroniques. Ces éléments tels que les semi-conducteurs ne sont fabriqués qu’avec des ressources détenues par certains acteurs tel que la Chine . Actuellement, la Chine est le premier producteur de batteries au monde. Le pays possède des réserves de métaux et de terres rares lui permettant d’être leader mondial.

Cette position stratégique en faveur des chinois fait donc basculer les relations internationales avec les pays traditionnellement producteurs de moyens de transport. Avec sa position forte, la Chine aura potentiellement le pouvoir d’influer fortement sur le marché des transports mettant en péril la souveraineté technologique des pays occidentaux.


Auteur: Djamel B

Rédacteur en chef: Cyriaque Gaborieau