Comment la crise sanitaire a-t-elle conduit à une explosion de la cybercriminalité en France ?


Depuis plusieurs mois, nous sommes face à une crise sanitaire d’une ampleur inégalée depuis de nombreuses années, qui oblige la population à revoir sa manière de vivre au quotidien. Dans ce contexte, cette période a notamment permis de mettre en lumière les points faibles/faiblesses de la France, notamment en matière de cybersécurité.


En effet, le coronavirus a créé un effet d’aubaine pour les cybercriminels qui, du fait de la vulnérabilité de la population, ont adapté leur mode opératoire dans un contexte où il n’y avait jamais eu autant de personnes connectées. Les attaques informatiques ont augmenté de 30 000% pendant le confinement. Fausses applications de traçage, ventes de masques, « remèdes » miraculeux, extorsions de données personnelles sur des sites qui aident prétendument à accélérer l’obtention de prestations gouvernementales ou d’emplois à distance fictifs. Encore méconnues des français, ces situations sont difficilement condamnables par une justice, déjà largement embouteillée, qui doit enquêter au-delà des frontières et des lois françaises.


Ce type d’attaque qui touche les citoyens mais aussi les entreprises créé en France une vraie problématique à ce propos ; on se rappellera des derniers exemples de grandes entreprises dont le fonctionnement avait été fortement impacté par des logiciels d'extorsions ou encore l’explosion du nombre de procédures judiciaires liées à ces piratages. Dans les faits, cela coûte énormément d’argent à la France. En 2019, le coût estimé est de 8,6 millions d’euros tandis qu’avec la crise actuelle, nous connaissons une hausse de 23% pour l’année 2020.


Un ennemi sans nom ni visage, une France en pleine crise sanitaire mondiale, une population angoissée et peu renseignée sur les dangers d’internet, un système judiciaire débordé… L’ensemble en fait la cible parfaite pour les cybercriminels voulant agir rapidement et à grande échelle. Pouvons-nous contrer ces attaques de plus en plus fréquentes ? L’évolution des technologies est-elle trop rapide et le traitement judiciaire trop long pour pouvoir les affronter de manière optimale ?


Quelle est votre opinion ?



Auteur: solène C

Rédacteur en chef: Pierre B


20 views