Comment la grande distribution lutte-t-elle contre le gaspillage en France ?


Chaque année en France 10 millions de tonnes de nourriture sont jetées, soit l’équivalent financier de 16 milliards d’euros. C’est à partir de 2013 que l’État réagit massivement et met en place le Pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire qui a pour objectif de diminuer de moitié le gaspillage alimentaire à l’horizon 2025. En 2016, la loi Garot renforce cette démarche avec deux mesures phares : elle oblige d’abord les supermarchés de plus de 400m2 à créer un partenariat avec une association d’aide alimentaire afin de leur donner leurs invendus consommables. Elle interdit ensuite à ces enseignes de rendre impropres à la consommation (notamment en aspergeant les denrées à la javel) des invendus encore consommables sous peine d’une amende de 3 750€. La loi Egalim de 2018 introduit l’obligation de proposer des Doggy Bag au restaurant. Elle renforce également la loi Garot en étendant les obligations de conventions de don et l’impossibilité de destruction des denrées alimentaires aux acteurs de la restauration collective et de l’industrie agroalimentaire. Ces mesures ont permis une augmentation des dons aux associations qui ont atteint l’équivalent de 92 millions de repas en 2016. En plus de cela, les différentes entreprises mettent en place des systèmes qui préviennent le gaspillage en amont comme le fait de solder les denrées à date courte notamment la viande, le poisson et les produits frais. Les progrès sont là, cependant il faut garder à l’esprit que la grande distribution représente « seulement » 14% du gaspillage alimentaire alors que le consommateur est responsable de 33% de ces pertes en France. En effet, chaque français jette chez lui 30 kg par an de nourriture, l’équivalent d’un repas par semaine. Il est donc primordial de sensibiliser la population sur cet enjeu majeur.


Auteur: Lucie K

Rédacteur en chef: Rossi Theo

2 views