Comment la Milk Tea Alliance éveille-t-elle la solidarité entre Hong-Kong, Taïwan et la Thailande ?


Depuis 2019, le mouvement pro-démocratie de Hong Kong lutte contre les répressions du gouvernement local pro-Pékin. Protestant contre l’influence chinoise, la population de Taïwan soutient activement les militants pro-démocratie hongkongais sur les réseaux sociaux. En 2020, un nouveau mouvement pro-démocratie voit le jour en Asie. Il s’agit cette fois de la Thaïlande, dont la jeunesse conteste la dictature de l’armée royale.


En avril 2020, un acteur thaïlandais partage sur Twitter une image représentant Hong Kong et Taïwan comme des pays indépendants. Cet acte déplaît fortement aux nationalistes chinois, qui lui répondent par des injures. Thaïlandais, puis Hongkongais et Taïwanais prennent la défense de l'acteur en répliquant par une bataille de “mèmes” sur les réseaux sociaux. Dès lors, le hashtag humoristique #MilkTeaAlliance utilisé par les mouvements pro-démocratie des trois pays devient viral.


Très vite, le hashtag incarne une véritable alliance pro-démocratie sur les réseaux sociaux, via lesquels les mouvements des différents pays échangent des tactiques protestataires. Mais cette solidarité ne se manifeste pas seulement en ligne, elle s’observe directement dans la rue : en automne 2020, certains manifestants thaïlandais scandent ainsi “ Rendez l’indépendance à Hong Kong ”. En outre, le salut à trois doigts issu d’Hunger Games est un signe de contestation pro-démocratie repris dans ces différents pays.


Ainsi, la Milk Tea Alliance réunit des peuples qui malgré des situations différentes partagent des revendications communes : militer contre les gouvernements autoritaires, lutter contre l’influence chinoise mais aussi se battre pour la liberté d’expression. Cette alliance, qui attire l’attention de la communauté internationale, obligera-t-elle la Chine à davantage de retenue à l’égard des mouvements pro-démocratie en Asie du Sud-Est ?


Auteur: Elisa Furet

Rédacteur en chef: Coline Perron