Comment la Turquie tente-t-elle d'augmenter son influence avec la guerre dans le Haut-Karabakh ?


Depuis le début de la seconde guerre du Haut Karabakh, la Turquie a été accusée d’attiser les tensions en envoyant des armes et des mercenaires à l’Azerbaïdjan. Dans cette région traditionnellement influencée et dominée par la Russie, la Turquie a une présence économique et politique considérable. Mais son implication militaire auprès de l'Azerbaïdjan surprend et inquiète de plus en plus la Russie.


L’objectif de la Turquie est de devenir le principal acteur de cette région. Ainsi, elle a d’abord profité de la chute de l’URSS pour s’investir économiquement et culturellement dans les anciennes républiques soviétiques du Caucase avec, par exemple, la mise en place de l’accord pour le développement de la coopération commerciale et économique en 1990, qui vise à soutenir les relations commerciales avec l'Azerbaïdjan. Ensuite, la Turquie et l’Azerbaïdjan ont intensifié leur coopération militaire depuis plusieurs mois. Ils ont enchaîné les exercices militaires et les transferts d’armement dont notamment les drones tactiques Bayraktar TB2 de fabrication turque.


Mais la Russie n’a pas été passive, bien au contraire. Le 10 novembre, après 1 mois et demi de guerre, le Kremlin impose la paix dans le Haut-Karabakh en y envoyant 2000 soldats russes. Sans se confronter directement à la Turquie et à ses objectifs, le Kremlin a réussi à reprendre la situation en main et à rester maître de la région. Celai lui permettra de conserver ses appuis politiques en Arménie et en Azerbaïdjan et de garantir un contrôle de la zone.


Finalement, c’est la Russie qui sort gagnante de ce conflit. Toutefois, la Turquie a réussi à s'implanter durablement dans le Caucase. Les accords de paix lui sont favorables territorialement, notamment car elle obtient un corridor vers le Nakhitchevan. Enfin, son soutien à l’Azerbaïdjan lui permet une victoire politique sur la scène internationale.



Auteur: Thomas C

Rédacteur en chef: Adil Hicham El Fassi


Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain