Comment le gouvernement a-t-il répondu à l’indignation suite aux caricatures de Charlie Hebdo ?


Au cours de ces deux derniers mois, la France a subi une série d’attentats terroristes qui ont replongé les Français dans leurs souvenirs les plus sombres. Le 16 octobre dernier, le meurtre du professeur d’histoire Samuel Paty a mis la France en émoi, réveillant de nouveau le débat sur la liberté d’expression. Le lendemain, à l’occasion de la cérémonie d’hommage à la Sorbonne, le Président a défendu le droit au blasphème et la liberté de caricaturer le prophète Mahomet.

À la suite du discours du dirigeant français, dans lequel il assure que la France ne renoncera pas “aux carricatures ni aux dessins”, une vague de colère s’est emparée du monde musulman. Des protestations ont eu lieu dans les rues de Dacca au Bangladesh, ainsi qu’en Iran ou encore en Afghanistan. Le président Turc, Recep Tayyip Erdogan, a quant à lui demandé à sa population de boycotter les produits français. Certaines chaînes de distributions Qatari ont, pour leur part, retiré les produits français de leurs rayons.


La décision du chef d’Etat français d’accorder une interview sur la chaîne d’information Al Jazeera, chaîne retransmise à travers le monde arabe, lui a permis de s’adresser directement à la population musulmane. Il a ici rappelé que les musulmans étaient les premières victimes des attaques perpétrées par les islamistes radicaux. Il a aussi clarifié la situation quant aux caricatures de Charlie Hebdo, expliquant qu’il se devait de protéger la liberté de dire, d’écrire, de penser et de dessiner.


Le fait d’entrer en contact avec l’ensemble du monde musulman, favorisant la communication directe et se basant sur un dialogue constructif constitue-t-il une bonne stratégie de communication ? Quelle réponse le gouvernement choisira-t-il lors de prochaines attaques ?


Quelle est votre opinion?


Auteur: Remi L

Rédacteur en chef: Marie B

6 views