Comment le réchauffement climatique transforme-t-il l’Arctique en une nouvelle zone de tensions ?


En 1996, la Guerre froide est terminée et les différentes puissances mondiales aspirent à la coopération pacifique. Elles fondent alors le Conseil de l'Arctique, un forum intergouvernemental qui s’engage à faire du Pôle nord un pôle de paix. Pourtant, depuis une dizaine d'années, les tensions internationales s’intensifient dans le Grand Nord, qui devient un objet de convoitise. En cause : le réchauffement climatique.


En septembre 2020, les scientifiques enregistrent la plus faible superficie de la banquise arctique depuis 2012. Alors que les experts pressent les gouvernements de lutter contre le dérèglement climatique, ceux-ci sont déjà lancés dans une toute autre bataille : celle d'une guerre commerciale aux couleurs politiques.


En effet, la fonte de la banquise facilite l’accès à certaines ressources naturelles qui étaient auparavant protégées par une gangue de glace, ce dont certains Etats se réjouissent. La Russie se félicite de la découverte de gisements gaziers, tout comme l'administration Trump qui est parvenue à autoriser le forage dans l’Arctic National Wildlife Refuge. La Chine ambitionne quant à elle de créer une « route de la soie polaire » reliant l'Asie à l'Europe, voie jusqu’alors impraticable.


Mais la question des routes maritimes du Nord exalte les tensions sino-américaines. Les investissements chinois dans la région ont déjà éveillé l'hostilité des Etats-Unis ; lors de la réunion du Conseil de l'Arctique du 7 mai 2019, le secrétaire d'Etat américain a vivement critiqué la coopération stratégique de la Chine et de la Russie.


A mesure que le Nord se réchauffe, les démonstrations de forces se multiplient. En dépit des aspirations pacifistes des débuts, l'Arctique se militarise, au profit des intérêts économiques et des volontés politiques. Une nouvelle Guerre froide s'annonce-t-elle ?



Auteur: Elisa Furet

Rédacteur en chef: Coline Perron