Comment le Rwanda s’est-il affirmé en tant que puissance économique africaine ?



Avec un taux de croissance annuel moyen du Rwanda de 7,5% entre 2000 et 2018, le pays est également 38ème dans le classement des pays les plus attractifs pour investir en 2019, soit le deuxième pays africain derrière l’île Maurice d’après les chiffres de la Banque Mondiale.


En effet, le Rwanda, pays d’Afrique subsaharienne de 12,3 millions d’habitants (2018) est devenu un modèle économique pour le monde en développement malgré le fait qu’il soit reparti de zéro suite au génocide de 1994 qui a entrainé la mort de plus de 800 000 personnes. Il est l’un des pays les moins corrompus d’Afrique (4ème), mais quels sont les facteurs qui ont permis un développement aussi rapide ?


Tout d’abord, Paul Kagamé (président actuel élu en 2000) centre son discours politique sur les réussites économiques, avec le lancement à son arrivée de la « Vision 2020 » qui identifie six axes d’amélioration comme la bonne gouvernance et la gestion efficiente des affaires publiques, un secteur privé dynamique, ou encore la modernisation de l’agriculture et de l’élevage.


Le président rwandais a stabilisé politiquement et économiquement le pays grâce à un régime autoritaire. Cette forte croissance économique a permis d’aménager les routes du pays, de développer le tourisme de luxe (1,2 millions de touristes en 2016) de baisser le taux de mortalité infantile de deux tiers, et d’augmenter l’espérance de vie moyenne de sa population (39 ans en 2001 à 68,3 ans 2018).


Malgré toutes ces améliorations, Paul Kagamé est critiqué pour le manque de liberté de la presse (155ème sur 180), son autoritarisme, ainsi que la capitale, Kigali, qui est vue comme une vitrine moderne qui cache la pauvreté des zones rurales. Le Rwanda va-t-il réussir à devenir “le Singapour africain” ?



Auteur: Mathieu V

Rédacteur en chef: François Ladouce