Comment le sponsoring footballistique a permis au russe Gazprom de livrer jusqu’en Europe ?


La Russie possède les plus grandes réserves de gaz naturel du monde, dont la majeure partie est contrôlée par l’entreprise Gazprom. Cette entreprise contrôlée à 50% par l’État Russe a massivement investi dans l’industrie du football en sponsorisant des équipes et des compétitions.


Le sponsoring est monnaie courante dans l’industrie du football, mais Gazprom est un cas particulier. Habituellement, les sponsors viennent d’entreprises qui veulent vendre leurs produits aux supporters, mais Gazprom est une entreprise qui vend du gaz naturel à des pays étrangers. Si les supporters ne peuvent pas acheter son produit, alors pourquoi Gazprom investit-elle tant pour sponsoriser l’industrie du football?


Certains pays d’Europe sont particulièrement dépendants du gaz naturel russe. En effet, à partir de 1999, l’Allemagne souhaite changer progressivement son approvisionnement en énergie, et devient donc un enjeu majeur pour Gazprom. En 2018, les ventes de gaz naturel et de pétrole représentent près de 40% du budget annuel de la Russie. Pour approvisionner l’Europe, la Russie a dû trouver un moyen de contourner l’Ukraine avec qui elle a de mauvaises relations.


Le projet “Nord Stream” qui prévoit l’installation d’un gazoduc passant par la Mer Baltique et reliant la Russie à l’Allemagne, est vu d’un mauvais œil par la communauté internationale et par certains citoyens allemands. Le sponsoring de clubs allemands comme Schalke 04 facilite ainsi l'approbation nationale d’un fournisseur d’énergie étranger. Nord Stream est finalement inauguré en 2011, tandis que “Nord Stream 2” est actuellement discuté.


Avec le succès du pari de Gazprom, d’autres acteurs ont pris l’exemple du géant russe et on retrouve désormais sur les maillots des plus grandes équipes européennes des sponsors ayants une portée davantage politique que sportive. Quelle est votre opinion?



Auteur: Félix Didier

Rédacteur en chef: Agathe Mangot

Inscrivez vous à notre newsletter

  • Facebook
  • Twitter

© 2020 par La Revue [DEMOS]

Informons avec le journal DEMOS sur les enjeux contemporains pour préserver le monde de demain