Comment le syndicat Avenir Lycéen s’est-il retourné contre le ministère de l’Éducation Nationale ?


Le 8 novembre 2020, Mediapart publiait une enquête à charge contre le syndicat des lycées “Avenir Lycéen” créé en 2018, accusé d’être à la solde du ministère de l’Éducation Nationale notamment sur la question de la réforme du baccalauréat. Le 21 novembre, Libération retournait la situation en rendant publics dans ses colonnes les témoignages d’anciens membres du syndicat, racontant avoir été instrumentalisés. Comment cette association de jeunes lycéens a-t-elle pu se retrouver au cœur de la polémique ? Les premières révélations de Mediapart sont d’ordre financier : alors que, à la fin novembre 2019, le syndicat progresse avec environ 200€ sur son compte, pas moins de 65 000€ y sont finalement déversés. La provenance ? Le ministère dirigé par Jean-Michel Blanquer. Sauf que cet argent, destiné à financer les activités de l’association, est dilapidé en dépenses de luxe, notamment dans des restaurants. L’affaire prend une nouvelle dimension avec l’enquête de Libération, qui insiste sur l’aspect très politique de la création de ce syndicat. Selon le quotidien, il n’aurait pas vu le jour sans un désir du ministère de se forger un atout de poids lors des débats autour de la réforme du baccalauréat. L’association sert la communication de Jean-Michel Blanquer, et lui permet également de rompre le lien avec les autres associations lycéennes. La ligne pro-gouvernementale suivie par l’association depuis maintenant 2 ans environ confirme ces suspicions. Les députés de gauche, et notamment ceux de la France Insoumise, ont vivement réagi à cette polémique, certains élus demandant une commission d’enquête. Pourtant, certains membres clés du syndicat ont rédigé un communiqué dans lequel ils condamnent fermement les accusations portées par les investigations. Jean-Michel Blanquer, interrogé sur RTL le 22 novembre, a préféré minimiser les critiques ; il sera entendu à l’Assemblée le 24 novembre.


Quelle est votre opinion ?


Auteur: Paul C.

Rédacteur en chef: Lilian R.

12 views