Comment les Français sont-ils devenus majoritairement favorables à la peine de mort?


Selon un sondage publié lundi 14 septembre par Ipsos/Sopra Steria, 55% des Français sondés se sont prononcés en faveur de la peine de mort, représentant ainsi le plus haut taux enregistré depuis huit ans.


Les médias insistent sur ce “record”, notamment à droite avec 85% des partisans du Rassemblement national ou 71% des Républicains en faveur de son rétablissement, mais aussi à gauche où l’on note une progression de 31 points d’avis favorables chez les Insoumis et les Communistes. Cependant ces chiffres sont à remettre en perspective.


Réalisé dans le cadre de la huitième étude « Fractures françaises » mesurant les valeurs et les rapports de force politiques, le sondage a surtout mis en lumière l’impression de déclin de la société et le besoin d’autorité de la population, 82% de cette dernière estimant que le pays avait « besoin d’un vrai chef pour remettre de l’ordre ». Cette idée de déclin est intensifiée par la sensation d’une justice laxiste face à des crimes de plus en plus médiatisés, tandis que la violence est moins tolérée.


Si les médias insistent sur ce nouveau record, il ne faut pas oublier que l’avis des Français sur cette question a toujours été partagé. En 1981, date de son abolition, la décision était loin de faire l’unanimité avec 62% de la population pour la peine capitale. De même en 2015, après les attentats, 52% se déclaraient en faveur, contre 44% en 2019. Depuis le XXème siècle l’opinion sur la peine de mort évolue donc au gré des évènements affectant la population française.


Près de 40 ans après son abolition, la question de la peine de mort n’est toujours pas tranchée et revient régulièrement dans l’actualité selon le besoin d’autorité des Français. Néanmoins, il est presque impossible de la rétablir étant inscrite dans la Constitution ainsi que dans des traités internationaux desquels le pouvoir n’a aucune intention de se détacher.



Auteur: Emilie P

Rédacteur en chef: Lilian R.

4 views